13 décembre 2017

LiDAR : GÉOLOCATION DÉVELOPPE EN COLLABORATION AVEC L’UNIVERSITÉ LAVAL

Classification des infrastructures du réseau de distribution hydroélectrique par le biais de levés LiDAR

Géolocation a récemment appuyé une demande de subvention via le programme d’engagement partenarial du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) afin d’être supporté dans le cadre du développement de ses outils de traitement automatisés de nuages de points LiDAR. Le perfectionnement de ces outils vise à répondre aux besoins en constante évolution d’une clientèle privée, de ministères et d’organismes provinciaux et fédéraux en lien avec le traitement de levés laser dans différents domaines tels que l’énergie, les transports, l’urbanisme et la foresterie.

 

Comme le volume de production est toujours croissant et réparti sur des périodes de plus en plus restreintes, notre entreprise a pour objectif d’optimiser ses traitements en limitant l’analyse visuelle par l’élaboration d’algorithmes qui permettent d’isoler et de classifier automatiquement des éléments à travers un nuage de points. Le but de cette démarche est l’augmentation de la productivité par la création d’outils innovateurs sur-mesure en réduisant le temps alloué aux interventions manuelles tout en conservant nos plus hauts standards de qualité. La démocratisation des technologies LiDAR et la mondialisation du marché rendent inévitable le développement perpétuel d’outils à l’interne pour diminuer le temps de production et ainsi se distinguer de la compétition. C’est pourquoi chaque année, Géolocation investit dans la recherche et le développement afin d’améliorer ses techniques de traitements de données laser à travers les multiples logiciels spécialisés. Toutefois, certaines opérations nécessitent encore une analyse et une validation visuelle.

 

Géolocation, par l’entremise du programme Engage, a ainsi sollicité la collaboration du professeur Mir Abolfazl Mostafavi et de son équipe du Département des sciences géomatiques de l’Université Laval et du Réseau Convergence afin de permettre ou de perfectionner la détection automatique d’éléments terrain à travers un nuage de points, par exemple : les réseaux hydrographiques, les ponts, les arbres (individuels), les lignes électriques, les lampadaires, panneaux, etc. Le support de ressources externes et l’appui de chercheurs à ce développement nous aidera certainement à rencontrer nos objectifs. Géolocation implique déjà activement son personnel dans la conception et le développement afin de permettre le transfert de connaissances, participer à la prise de décision et avoir une bonne compréhension des outils de classification qui seront mis en place.

 

L’utilisation de systèmes toujours plus performants permet d’augmenter la densité d’acquisition et l’efficacité en minimisant le nombre de lignes de vol. Au fil des ans, la couverture LiDAR du territoire ne cesse de croître, multipliant ainsi les informations à extraire des nuages de points. Géolocation souhaite pouvoir contribuer à la collecte cette grande richesse d’information et vous la faire découvrir.

 

This post is also available in: Anglais