22 juin 2016

La géomatique, un allié de taille pour l’agriculture

Agriculture de precision à l'aide de drone

               La géomatique intègre les techniques et connaissances de collecte, de traitement et d’analyse de l’information géographique, comme les photographies aériennes, le LiDAR, les cartes du territoire … sur un support numérique.

                La synthèse de toutes ces données permet alors aux professionnels et aux usagers d’accéder à une compréhension contextuelle et complète d’un phénomène, en considérant le maximum d’informations pertinentes disponibles.  Il devient ainsi possible d’effectuer des corrélations entre des observations précises issues de données recueillies et d’émettre des hypothèses sur les pistes de solutions à envisager.

                Ceci posé, on devine quel puissant outil d’aide à la décision la géomatique peut devenir dans le domaine de l’agriculture. On parle d’ailleurs d’agriculture de précision lorsque ces deux disciplines sont mises au service l’une de l’autre.

                L’agrégation des données issues de la géomatique fournit un excellent support pour la planification des travaux de culture, le diagnostic d’un problème ou encore l’archivage des données existantes. Par exemple, en combinant la prise de vue aérienne aéroportée (avion, ou drone) avec le LiDAR, on peut produire des modèles numériques de terrain très précis ainsi que des courbes de niveau qui serviront à la modélisation de scénarios de ruissellement ou d’études de zones inondables. Les cartes thématiques sont ainsi une façon judicieuse d’illustrer ces scénarios et de les comprendre en un clin d’œil en utilisant les échelles et les couleurs appropriées. C’est au géomaticien que revient la tâche de mettre ses compétences et sa créativité pour réaliser LE produit ou LA carte qui l’éclairera sur les décisions à prendre pour optimiser sa production et ultimement réduire ses  coûts.

                Pour les décideurs publics ou privés, la géomatique est aussi un appui pour les procédures d’aménagement du territoire, et d’évaluation de la rentabilité de terrains agricoles. Les plans de drainage peuvent être améliorés et optimisés pour irriguer les cultures, tandis que la modélisation de la topographie du terrain sera utilisée à des fins de prédiction avant l’installation de drains.

                L’imagerie multispectrale peut elle aussi jouer un rôle dans les étapes de planification agricole grâce à l’enregistrement de nombreuses signatures spectrales. Moyennant une connaissance des réponses de certains types de terrains et matériaux usuels (sol, végétation, eau, …) et de la topographie du terrain (nivellement), il devient possible d’identifier des parcelles susceptibles qui retiennent davantage d’eau et où le ruissellement est important. L’étude du ruissellement des eaux en milieu agricole est notamment une donnée importante dans les études de qualité de l’eau potable, car il est possible de comprendre et connaître la provenance de polluants chimiques et autres engrais. Une fois que les sources sont connues, il devient possible de les maîtriser et de les contrôler.

                Ce qu’il convient de retenir ici, c’est l’étendue des applications de la géomatique au sein même du domaine de l’agriculture, que ce soit en planification, aménagement ou diagnostic. Ces outils de gestion sont applicables à toutes les échelles, de l’agriculteur plus modeste au grand propriétaire possédant des terres à perte de vue, et visent à fournir une aide  personnalisée reposant sur des données précises issue de la photogrammétrie, du LiDAR, du nivellement et bien d’autres encore. À l’heure où l’agriculture est un secteur en constante évolution et modernisation, la géomatique se donne pour but l’agrégation de l’information disponible de la façon la plus pertinente et compréhensible pour les utilisateurs, tout en se positionnant comme un outil d’aide à la décision incontournable.